L' Historique du GRS28 


En Septembre 1976 : Membre de la Société Dunoise d’Archéologie, nous avons décidé de créer une section spéléologie baptisée : " Equipe spéléo dunoise "

Nous commençons par de la prospection et la visite de quelques cavités de la région Dunoise ainsi que des séances d’entrainement sur les petites falaises du coteau du Loir.


Principale sortie extérieure : Villepot dans l’Yonne (-84) avec l’aide matériel de l’ASD

En Septembre 1978 : création du Groupe de recherche Spéléologiques d'Eure et Loir ( grs28 )

Le premier bureau : Président T Le Roux, Vice président G Gaschet , Secrétaire D Lasserre ,Trésorière M Perche

Les présidents suivants :

  • Gérard Gaschet  ( 1979 à 1990 )
  • Denis Deschartres  ( 1991 )
  • Marcel Pénard  ( 1992 à 1995 )
  • Christophe Marceau  ( 1996 )
  • Vincent Olivier  ( 1997 )
  • Christophe Marceau  ( 1998 à 2006 )
  • Eric Bailleul  ( 2007 à ... toujours en place )

 Les congrès régionaux

  • 1980  (1° congrès) de la région centre, organisé avec le concours de M Chassier
  • 1989  (2° congrès )
  • 1998  (3° congrès )
  • 2017  (4° congrès )

Les  bulletins

Nous avons publié  2 DELIRES  BEAUCERONS  (1981 et 1983), les Actes du congrès 1989 et le
Prix d’un Œuf de Nancy Charazac

 

Les travaux

Avril 1983, un effondrement  c’est produit dans Châteaudun emportant 30 m de rue et 2 maisons.
Nous avons aidé la ville en sécurisant le site, descendu les autorités dans la cavité, participé à la topographie avec le géomètre et surveillé l’évolution pendant 2 mois et ensuite nous avons fait partie de la commission des risques naturels.


Août 1984, une coulée de terre descendue du coteau du mail détruit une maison, faisant 2 victimes. Les jours suivants nous avons participé aux recherches et à la provenance de cet éboulement.


Chattonville : suite à un article publiée par un géomètre en 1890, une cavité de 800m (avec topo) se trouvant dans un puits dont l’entrée nous est toujours refusée, Nous avons vidé un puits voisin (à 30m) sur une profondeur de 12 m et creusé une galerie de 4 m au perforateur  pour essayé de rejoindre ce réseau. Pourtant un bon courant d’air nous donnait espoir, à suivre… en 2017 le nouveau propriétaire nous accorde le droit d’accès au puits et nous redécouvrons le fameux réseau de 700m 127ans après. La topographie et une désobstruction toujours en cours de réalisation.


Perte de Lanneray : une dolline de 20 m de diamètre et 5 m de profondeur absorbe toute l’eau d’un fossé  de 1,50 m avec une hauteur d’eau de 1 m. Après plusieurs été de déblaiement nous avons abandonné car chaque hiver tout se rebouche avec le courant, pourtant (d’après un ancien) au fond se trouvait un puits dans la craie de 0, 80 m de diamètre.


Quelques installations de pompes et des nettoyages de puits nous sont demandés de temps en temps.
Les désobstructions et les topographies à la Bosse et à Bois de Feugères nous ont pris beaucoup de temps.
Ces cavités fond plus ou moins le kilomètre et il y a toujours possibilité de prolonger !!!


L’Iton (27) nous à beaucoup passionné avec ses pertes et résurgences (très gros débits) et un réseau souterrain d’environ 15 Km .Des puits ont été creusé pour découvrir ce réseau et ont bien montré des galeries importantes mais en charge une partie de l’année.


Gérard Gaschet

... encore plus d'informations sur le site cavernes-saintonge de Thierry LE ROUX